ETAPE 1 : Manger Mieux Sans trop d’Effort et moins calorique

#MMSE : Manger Mieux Sans Effort

La formule fait rêver, et pourtant il est possible de manger mieux, sans révolutionner son quotidien et en faisant du bien à son corps et à son portemonnaie.

Que comprendre par «manger mieux» ?
Avant de compter la moindre calorie, le nombre de fruits et légumes consommés, de chasser l’huile de palme, fuir le Gluten ou de se ruer sur le Bio. Faites la part des choses. Dans notre société, Manger mieux signifie en premier lieu : consommer mieux.

Démarrez le programme #MMSE pour consommer mieux (sans trop d’effort et en réalisant quelques économies).
Vos 2 ou 3 prochaines courses en supermarché seront plus laborieuses mais ensuite vous connaîtrez les marques «confiance» et celles à éviter.

1. Commencez par supprimer tous les produits trop addictifs.
Pour cela, évitez les produits contenant du sirop de glucose-fructose (et si vous en avez le courage, supprimez également ceux contenant du glucose). Ces «sucres» industriels sont moins rassasiants et directement stockés par l’organisme, très présents dans les produits industriels sucrés ils augmentent la glycémie et rendent accro à un tas de sucreries où ils sont présents.

2. Puis supprimez tous les produits trop « suspects ». Sans vous attaquer à l’analyse des conservateurs et autres, dans un premier temps, triez vos achats en faisant confiance à votre bon sens.
Regardez la composition, et si la présence d’un ingrédient ne vous paraît pas cohérente, reposez le produit.
Par exemple : trop d’eau dans du jambon, du porc dans des yaourts au chocolat, de la pomme de terre dans du gruyère.

Certes, à priori, ces compositions n’ont rien de dangereux pour la santé, mais il constitue un leurre pour votre équilibre alimentaire.

En adoptant ces premiers reflex assez simples vous deviendrez dans un premier temps  moins accro à certains produits comme des barres chocolatées, des biscuits… et cela vous permettra également de perdre quelques grammes (puisque désormais, il n’y aura que du gruyère sur vos lasagnes et plus de pommes de terre).

Poursuivez ce mode de consommation pendant quelques semaines, et lorsque vous vous sentirez prêt(e), entamez la seconde étape : supprimer les produits trop industriels.

Publicités

6 réflexions sur “ETAPE 1 : Manger Mieux Sans trop d’Effort et moins calorique

  1. Centre d’information de l’amidon dit :

    Bonjour,

    Nous nous permettons d’apporter quelques compléments à votre article. Le sirop de glucose-fructose n’a rien d’artificiel ; c’est un ingrédient d’origine végétale (blé ou maïs). Il est utilisé dans les produits alimentaires pour son pouvoir sucrant et ses propriétés spécifiques.

    L’attirance pour les sucreries n’est pas considérée comme une addiction, sachez qu’aucun aliment n’est « addictif » ou « rend accro » (NeuroFAST, consensus opinion on food addiction, juillet 2013).

    Quant aux effets du sirop de glucose-fructose sur la glycémie, ils sont liés à la présence de fructose. Cependant, une molécule de fructose aura le même parcours dans l’organisme, qu’elle provienne d’un fruit, du miel, du sucre (qui en contient 50 %) ou du sirop de glucose-fructose. De plus, à la différence du glucose, le fructose augmente peu le taux de sucre dans le sang.

    Dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée, les sucres ne sont pas « mauvais pour la santé », ils sont même nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Simplement, comme tout aliment, nous devons les consommer avec modération.

    Pour en savoir plus : http://leschampsdelamidon.fr/

    Centre d’information de l’amidon

    J'aime

  2. alexialuciani dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie de l’attention portée à ce post. En effet, le terme d’artificiel n’est pas ce qui correspond pour ces sucres, j’en fais donc la modification. Cependant, ces derniers sont bien reconnus pour être moins rassasiants et leur présence «trompe» la satiété.
    «Sa consommation peut notamment entraîner une résistance à l’action de la leptine, une hormone produite par le tissu adipeux et qui agit au niveau du cerveau pour réduire la prise alimentaire. Alors qu’on sait que le goût sucré provoque chez les animaux de laboratoire une addiction comparable à celle des drogues, le fructose, qui a un pouvoir sucrant cinq fois supérieur à celui du glucose, pourrait agir comme un « super-sucre » entraînant une véritable dépendance.» (le journal du CNRS, novembre 2015) https://lejournal.cnrs.fr/billets/le-fructose-un-additif-problematique
    Vous trouverez également dans cet article les autres effets de ce sucre industriel, certes bien trop vulgarisé dans mon post.

    Je suis d’accord avec vous, le sucre n’est pas mauvais pour la santé. Les glucides, comme les protéines et les lipides sont essentielles. Et, il est encore plus essentiel de savoir se faire plaisir. Ainsi, j’explique même dans l’étape 2, qu’il n’est pas question de se «sevrer de Pepito». Il s’agit juste de prendre conscience de ce que l’on mange et de ne pas multiplier les produits transformés. Il est bien plus savoureux, moins couteux et plus sain de presser deux oranges le matin, plutôt que d’ouvrir une bouteille de boisson à l’orange…

    https://thereallylifestyle.wordpress.com/2016/02/19/etape-2-manger-mieux-sans-trop-deffort-et-moins-calorique/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s